Chaque année, des milliers de français se font extorquer de l’argent en ligne en pratiquant le trading. Profitant de la détresse de ces personnes, plusieurs sociétés clamant pouvoir restituer cet argent ont vu le jour. Parmi celles-ci, on trouve Warning Trading, une entreprise basée en Europe de l’est dont les prestations sont plus que douteuses. Pourquoi cette société en particulier est-elle au cœur des polémiques concernant le trading Forex ? Quels sont les faits prouvant la machination pratiquée par Warning Trading ? Nous allons aujourd’hui passer en revue les activités de cette société à l’aspect peu crédible qui tente d’entourlouper les victimes d’arnaques sur le net.

Warning Trading, c’est quoi au juste ?

Le nombre de victimes d’escroqueries liées au trading augmente chaque jour. C’est une des raisons qui ont favorisé le business de sociétés dites de restitution de fonds comme Warning Trading.  Ces sociétés poussent aujourd’hui comme des champignons.

Ces services peuvent paraître intéressants sur le papier, mais l’immense traquenard caché derrière cette façade amicale vous fera vite changer d’avis.

Comme il est indiqué sur le site web de l’entreprise, Warning Trading est implantée en Bulgarie, ce qui est totalement contradictoire avec l’adresse officielle de l’entreprise. En effet, les locaux de Warning Trading se trouveraient à Aix-en-Provence, pourtant la société à laquelle Warning trading appartient siège bien en Europe de l’est.

Warning Trading chercherait-elle à berner ses clients sur sa véritable localisation ? Il est vrai que faire appel à une entreprise siégeant au bout du continent pour résoudre un simple litige en ferait fuir plus d’un.

Le fossé entre cette société et sa présumée authenticité s’est bel et bien creusé le jour où ses dirigeants ont décidé d’intégrer des avocats “partenaires” bulgares,  bien évidement moins pertinents que des avocats français pour gérer de telles situations selon les lois françaises. L’entreprise semble vouloir garder le secret quant à son équipe juridique, car aucune information concernant ces fameux avocats et juristes n’est disponible.

Et s’il n y en avait tout simplement aucun ? Il est tout à fait possible que cette société si mystérieuse ne soit tout simplement qu’une autre arnaque parmi les milliers du genre sur la toile.

La supercherie déguisée de Warning Trading

Prenant parti du désespoir de ces personnes ayant perdu toutes leurs économies, les sociétés comme Warning Trading s’assurent un bénéfice en manipulant leurs clients afin qu’ils payent encore une fois une somme en échange du lancement de la procédure de recherche.

Le résultat n’étant pas garanti, le client est dans l’obligation de payer au préalable, fait scandaleux quand on sait que la grande majorité des affaires n’aboutissent à rien, la victime se retrouve alors à se faire voler une deuxième fois.

Pour ne rien arranger, tout litige ouvert entre le client et la société Warning Trading sera transféré vers une cour du gouvernement bulgare, et non français, rendant ainsi la tâche plus dure aux clients mécontents pour porter réclamation.

De plus, la société ne donne aucune information en ce qui concerne les attributions juridiques lui permettant de traiter des cas pareils.

Après quelques recherches sur le sujet, il s’est avéré que l’entreprise ne possédait aucun agrément comme présumé.

Warning Trading a plus tard procédé à l’ouverture d’un autre service pour soit-disant aider les victimes à vérifier l’identité des brokers. Ce service se matérialise sous la forme d’une application qui est censée donner des informations rapidement. Ces renseignements que Check and Pay vous feront payer sont facilement trouvables, et ce, gratuitement en effectuant des recherches simples sur internet.

Warning Trading au cœur de la polémique

Le phénomène de “Retape” se matérialise par le biais d’entreprises spécialisées dans la restitution des fonds de personnes ayant subi des arnaques contre une somme déboursée au préalable.

Le particulier voulant à tout prix récupérer son argent, va payer des sommes plutôt conséquentes et quelques temps après, s’apercevoir qu’il ne pourra plus joindre l’entreprise en question.

C’est là l’accusation principale des internautes envers Warning Trading.

En effet, la société est vouée à rapatrier les fonds des personnes ayant été escroquées, mais tout ceci contre la coquette somme de 950 euros. En plus de cela, le client devra signer une décharge qui atteste qu’il cède 20% de la somme restituée à Warning Trading.

L’établissement a été accusé à plusieurs reprises de bâcler les recherches en vue de toucher le montant de l’opération, sans jamais donner de résultats. C’est selon l’avis de plusieurs personnes que certains sites se sont mis à faire des recherches plus approfondies sur Warning Trading.

Un fait assez récurent qui en interpella plus d’un, le fondateur de Warning Trading, Nicolas Gaiardo, se prendrait pour un justicier en parlant de lui-même à la troisième personne sur son blog.

Bien sûr, toute cette mise en scène n’est pas gratuite, il espère ainsi gagner la sympathie des victimes afin d’assurer la continuité de son business.

Publicité mensongère, le déclin de Warning Trading

Warning Trading se serait associée à plusieurs courtiers frauduleux dans diverses affaires en faisant, par exemple, la promotion de ceux-ci. Un scandale a d’ailleurs éclaté quand un des sites de Trading Forex, promotionné par Warning Trading, la “FOREX CAPITAL MARKETS” a été sanctionné et ce, à de nombreuses reprises pour fraude et arnaque sur des traders imprudents.

C’est un fait plus que suspect quand on sait que Warning Trading, avant de bâtir cette image « d’encyclopédie des brokers », était un site promotionnel de Trading Forex. Le topo de l’histoire est que Warning Trading vendait (et assez cher) des labels promotionnels à des brokers contre une prestation publicitaire auprès de ses lecteurs.

L’entreprise se trahit d’elle-même puisque une rubrique « Warning Trading pour les pros : courtiers et annonceurs » est rendue publique sur le site de celle-ci. Selon cette rubrique, les tarifications pour obtenir un label « indépendant » seraient de 1500 euros pour la première année, puis passeraient à 500 pour les années successives. Tout ceci sans parler des 1000 euros journaliers à débourser pour une de leurs formations.

Des pratiques bien éloignées de l’image de bon samaritain que Nicolas Gaiardo s’évertue à véhiculer à travers ses articles et vidéos tous mis en scène.

 

Un autre point qui vient discréditer encore plus la transparence de Warning Trading est le fait que l’entreprise ne soit ouverte à aucune critique. Un bon nombre de personnes ayant laissé un avis négatif sur l’entreprise se sont également plaints d’avoir vu leurs commentaires être supprimés. Sans parler des nombreuses attaques en justice que Warning Trading a lancé contre certains sites. Voici quelques-unes des procédures connues enclenchées par Warning Trading à l’encontre des personnes ayant rendu public leur avis négatif vis-à-vis d’eux :

  • Mise en demeure de certaines sociétés d’effacer le contenu de leurs articles.
  • Assignation pour dénigrement.
  • Assignation pour concurrence déloyale.
  • Sollicitation auprès d’un juge de retrait d’information à caractère négatif.

Bien loin de l”image de “site d’information dédié aux victimes d’escroqueries financières” que Nicolas Gaiardo veut à tout prix donner à Warning trading, ce site est avant toute chose un entonnoir chargé d’hameçonner les victimes d’arnaques au fond du trou et friable psychologiquement et de les solliciter à travers les nombreux services payants qui surabondent sur chacune des pages du site.

Si vous êtes victime d’une arnaque, plutôt que de subir la deuxième lame avec un service qui n’est là que pour faire du business sur votre compte, préférez plutôt des entités légales et légitimes comme l’AMF, qui vous permettra de déposer plainte gratuitement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *