Le plan social de General Motors a grandement irrité le président américain, Donald Trump qui a fini par annoncer son intention de taxer tous les véhicules importés. Les parties touchées ? L’Union européenne et la Chine qui voient les nouveaux droits de douane impactés leur production. En effet, l’intention du président est d’imposer une taxe de 20 % sur l’importation des voitures dans le but de protéger son industrie automobile. Ce diagnostic circule déjà dans un rapport de la maison blanche où il est également possible de trouver les recommandations des taxes ainsi que les pays ciblés par cette nouvelle loi.

Taxe de 20 % sur l’automobile, la guerre menée par Donald Trump

La taxe de douane à 20 % sur l’automobile est l’une des problématiques principales du mandat de Donald Trump. En effet, le président américain souligne le fait d’avoir tout le pouvoir et ce, en dépit des recommandations du secrétaire du commerce, d’imposer des changements. Pour rappel, les Etats-Unis imposent actuellement, une taxe de 2.5 % sur l’ensemble des voitures importées à partir de l’Union européenne ainsi qu’une autre de 25 % sur les picks-up et les trucks importés. L’Union européenne quant à elle, impose un droit de douane sur l’importation des voitures américaines d’environ 10 %. Une différence qui se fait entendre.

Quelles sont les régions visées par la taxe de douane à 20 % ?

Les Etats-Unis d’Amérique importent leurs véhicules principalement d’Europe et d’Asie. Ainsi, cette nouvelle taxe de 20 % est qualifiée comme une vengeance par les régions du globe visées. Ainsi, ces dernières possèdent une idée déjà toute faite, quant à ce changement inattendu :

  • l’union européenne : la délégation européenne s’est rendue spécialement à Washington pour pouvoir débattre sur la question. Ainsi, se sentant visée et percutée, cette dernière a fini par rappeler les propos de Cecilia Malmström, commissaire européenne au commerce, qui a assuré que l’union européenne possède déjà une liste de taxes douanières toute prête, si le président des Etats-Unis Donald Trump, venait à imposer une taxe sur l’importation des voitures. Toutefois, le ministère de l’économie français a affirmé ne pas posséder toutes les informations nécessaires quant à cette décision. Ainsi, par principe, les mesures pouvant être mises en place restent dépourvues de toute légitimité,
  • la Chine : faisant partie des fournisseurs les plus importants, Donald Trump a spécialement visé la Chine quant à cette élévation de taxe douanière. En effet, ce dernier a spécialement missionné Robert Lighthizer, représentant du Commerce, d’analyser et d’examiner l’ensemble des dispositions quant à l’égalisation des tarifs douaniers américains et chinois. Une remarque flagrante vient interpeller le président américain qui souligne l’imposition de l’état chinois de 40 % sur les voitures américaines importées, qui reste ainsi largement supérieure à la taxe imposée aux autres partenaires commerciaux du pays.

Selon les différentes analyses, il s’est avéré finalement que l’union européenne elle-même, n’importe que très peu de véhicules des Etats-Unis. Hormis les JEEP et les Ford Mustang, pas plus de 40 000 voitures sont importées tous les ans de la région et ce, même avec les petits écarts anecdotiques des véhicules historiques que les importateurs réalisent de temps à autre. En revanche, des centaines de milliers de véhicules européens sont importés par les Etats-Unis, des chiffres si important qu’il n’est même pas possible de déterminer précisément le nombre d’importation exact. Des explications, des débats et des négociations sont depuis l’annonce de la taxe douanières de 20 %, tenus régulièrement et ce, dans le but d’alléger et de revoir cette décision qui ne convient pas aux principaux importateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *